An dich de « Zo… Mai ! » Après avoir assisté à « Zo… Mai ! »

Aprèp lo passatge de « Clamenç » a l’Estivada de Rodès lo 20 de julhet de 2019

Tir au pigeon / Les chroniques de Jean Dessorty

Un solo d’humour en occitan accessible dans le cadre de l’Estivada, il n’y en a eu que très peu de la création de ce festival originellement orienté musique, c’était donc à un moment inhabituel que le public était convié hier en début d’après-midi à la M.J.C. de Rodez. Devant une salle correctement remplie il déboule avec retard, galurin à l’ancienne sur la tête, chemise étonnamment bariolée, et gros baluchon sur l’épaule… seul élément de décor un énorme globe terrestre gonflable. Cet ancien conseiller pédagogique occitan venu du département voisin de Lozère, a changé de cap à l’heure de la retraite, et sous couvert d’un pseudo transparent, Clamenç s’astreint depuis à écrire et mettre en scène sur un rythme régulier: un spectacle par an pour, à sa manière, revisiter l’actualité. « Zo… Mai ! » (Alors… encore !) dernier en date ne déroge pas à la règle, dérouler une série de sketchs, dans tous les domaines pour parler de l’air du temps…

De son grand sac, il sort foulards et autres accessoires avec lesquels il se glisse dans la peau de divers personnages. On a ainsi droit à des tirades sur les végans forcément bobos en transe, l’incompréhension entre les habitants d’un petit village et les touristes venus de la ville qui ne supportent ni les coqs ni les cloches…

On y parle aussi coupe du monde de foot ou politique avec une place conséquente à notre Président jupitérien, de Donald hélas pas celui de Disney, de Roland-Garros, des ronds-points rebaptisés « vire-couillons » de la nostalgie de 68 ou des migrants qui se noient en Méditerranée au grand déplaisir des vacanciers alanguis sur les plages, des abus dans l’église… etc… etc… Un large répertoire donc qui ne manque ni de répartie ni d’impertinence pour fustiger l’hypocrisie ici, la condescendance là… sa façon très personnelle d’appuyer là où çà fait mal, loin du consensus policé. On appréciera à sa juste valeur les digressions très justes sur le glissement sémantique du vocabulaire dans les médias notamment pour traiter des sujets à haut risque, ce qu’Albert Camus résumait d’une formule bien sentie « Mal nommer les choses c’est ajouter aux malheurs du monde ». Dire que les séquences qui s’enchaînent sur un bon tempo sont toutes réussies serait mentir, il y en a de vraiment percutantes d’autres moins abouties… Rien de plus normal pour un show d’une heure et quart environ.

J. Dessorty.



Lo punt de vista de Miquèu Decòr :


Un capèl de largas alas, una saca sus l’espatla, quatre pelhas pels personages ; los elements totes del contaire sus l’empont.

Un nas de dalha pas picada, una mostacha de rastol, dos uèlhs pichòts de mandroseta, afirolats coma brandons al canton de la cleda.

Es pas un perdigal de la darnièra pluèja, lo Clamenç !

Una revista en règla de l’actualitat al pas de raïòla, que val plan mai qu’una serada als « Dos Ases »… mai se se parla del Olimpià !

Tot i passa ; dins una lenga naturala, de los que l’an chucada al brèç ; del cap de l’an fins a Nadal, en virant totes los vira-colhons del mond, vesem lispar tot çò que fa la nòstra vida vidanta : nòstres espers e nostre amarum…

Pas de bramadis ; tot en finessa ; tot en coquinaria, de las causas grèvas a las farivòlas.

Erem acostumats a mai de demonstracion « fisica » de la part de Clamenç… mas, erem joves, el tanben… Ara, per un còp, una mena nòva « d’intimisme » grèva pas res, al contrari, al jòc d’escena qu’es reglat coma de papièr-musica e encara mens al texte qu’i manca pas un buf !

Clamenç a pas cambiat. Es pas a las esperras ! Es totjorn a l’espera … e vos i espera !

Sant Joan de Gardonenca lo 29 de Setembre de 2019

Miquèl Decòr.



Lo punt de vista de Joan Guilhem Roqueta :


CLAMENÇ 2019 : ZO MAI !…

Aprèp son Òc-limpià de 2018, Clamenç, capèl negre sul cap, tòrna sus scèna, una saca sus l'espalla, per son novèl espectacle : Zo mai ! formula que lo public es convidat a cridar per traire de la saca lo folard blau de Beneseta, l'eissarpa longa de Marcèl, e lo mocador roge marcat de la crotz occitana de Magalona, tres objèctes per destriar los personnatges que Clamenç interpreta en mai dau sieu. Los sketches se debanan, risolièrs de contunh. Clamenç mescla òc e francés amb lo socit de se far comprene dau mond gaire acostumats a la lenga, e tanben de far parlar francés los parla-ponchuts que se'n creson e los òmes de poder que caricatura. Dins una critica que cèrca pas lo vitriòl, mas pasmens pron afustada per far venir la connivéncia amb lo public. Noirida qu'es de las endevenanças politicas de 2018.

Clamenç se trufa dels vegans e vegetalians, caga-prims estremistas que son ideologia ten per tòca de mudar tot fin gastronòme en Jan-fai-te-gras-as-aquí-un-cese ! Se trufa d'aqueles nòu-venguts qu'arriban dins los vilatges en conquistaires, e vòlon impausar que los cloquièrs s'arresten de picar las oras, que los gals s'arresten de cridar l'auba, que las cigalas arrèsten sas ressegas. Tan val ne rire que plorar… Ridiculiza – e aquí l'occitan es una arma eficaça – lo franglish de la French Tech Attitude, de la Start Up Nation, de l'innovacion numerica a totas las sauças que los mediàs ne son confles… Trumpet e las Fake News escapan pas a l'ironia de Clamenç, ni tanpauc los manipòlis jupiterians d'un Macron vist en Concorde volant a Mach 2 e somiant, coma un moisset, de trencar las arpas dels poletons, galinas e gals dau galinièr commun.

Far passar Macron de sa piscina en kit dau fòrt de Bregançon au rescontre improbable d'un radèu de migrants en Miegterrana, sol l'imaginari fantasierós de Clamenç pòt far aquel miracle, e lo rire solaça… Un dels moments mai jubilatòri s'endeven quora un Gilet Jaune a cort d'imaginacion demanda a una anciana de li ensenhar las formulas espelidas en Mai 68 que marquèron tota una generacion…

Coma cada espectacle de Clamenç, es totjorn un plaser de lenga, una lenga escullada coma una bona sopa montanhòla dins l'escudèla, un regal, amb sa lesca de saboral, per far enrabiar los vegans… Zo mai !

Joan-Guilhem Roqueta.



Lo punt de vista de Eveline Bruc :


Un espèctacle de pas mancar !

S’es pas encara fach, anat bite veire l’espèctacle d’André Clamenç « ZO… Mai ! ». Aimariat entendre la lenga de bòstres parents qu’abèt quáuque pauc oblidada ? La tornarèt trobar tota bièlha e tota jobe, per nos parlar de nòstre monde, per nos embitar a pensar un páuc mai a çò que bibem, a çò de chaca jorn e a çò qu’es politica.

De monde rebenon bieure en campanha, mès es que sabon coma i si bieu, coma es de mòda d’i bieure ? Per podre endurar d’entendre los gals e las cigalas cantar, e las esquillas tintar, mès de que – z – es aquò ? Ente-z-es passat lo trobador Jaufre Rudèl : « Ai pas de chants ensenhadors… » el que boliè per musica tota, pas que lo cant dels aucèls. Mès coma abem perdut los pastres « que totjorn parlon de sonalhas » ?

Mas d’ente no ben nòstre gost per los espòrts a la mòda, « nèci que ròda… » Embe pas gaire de pelhetas e quáuques biaisses per i se téner A. Clamenç nos fai rire de la bida que bibem.

E lo fin pus fin, ben-segur, es per la politica. Aquí porieu lo prene per faire de creacieus literariás. Sabèt pas coma se ditz un « rond-point » dinc la lenga de bòstres grands ? L’òublidarèt pas après abèdre bist e escotat aquel espèctacle. Es ben brai aquò. La linha drecha es pas pus lo camin lo pus cort per anar d’un ponch a un ante. Que seguem citoiens o menaires de boituras, los qu’organison nòstra societat e nòstras rotas, nos fáun birolejar per nos parar de n’altres, que dison, e puslèu, per si parar, eles, de nantes. Mès, graças a A. Clamenç sem un páuc mens « colhons », i besem mièlhs dinc lus jòc. E pièi, aquelas enganas son pas totas nòbas, mès lo biais de ni parlar de l’artista de la serada, el, es estat pro nòu e agradiu perque ni demandassiám mai. Anem : « Zo… Mai ! Sem pas sadols… Zo encara ! … Zo tornamai ! »

Nogardel, lo 30 de settembre de 2019

Eveline BRUC



Lo punt de vista de Jòrdi Peladan

ZO MAI, lo jòga-solet1 de CLAMENÇ

Es dins lo domèni artistic occitan una dralha descostumièra qu’André Clément (Clamenç de son nom de scèna) a causit de trepar. Un jòga-solet dins la tòca dels cançonièrs d’un còp èra. A la debuta l’actor espelís de las colissas, bralhas negras coma lo capèl, la camisa roja, una saca de patanas sus l’esquina. Pausa son fais al mitan de l’empont, i forfolha dedins. Un brieu. Sota los « Zo mai ! » d’encoratjaments ne tira quicòm, lo far mirar al public que bada e l’espectacle comença.

Una lenga que raja, de bon comprene que lo gèst, l’expression de la cara e de còps que i a un vestit, un capèl o simplament una eissarpa o un tròç de petaç, son d’ajuda per tornar adralhar qual mestreja mal l’occitan. E se basta pas una paraula revirada al bon moment torna pescar lo que s’èra negat. Mesa en scèna simpla. Lo bon sens popular, l’umor totjorn present al servici d’una analisa critica de la societat.

Lo vilatge amb los toristas que se planhisson de las campanas que tindolejan, dels gals que caracaquejan, de las vacas qu’esquilejan e dels tractors que bronzinejan. I a tanben los grands eveniments esportius comentats a son agachada agusada e delicadament escarraunhosa, lo fot amb la copa del monde, lo rugbí e lo tenís a Roland Garòs, lo R.G que ditz. Critica politica mai que mai, las giletas jaunas, lo rescaufament climatic, l’ecologia, la misèra dels migrants e las declaracions dels elegits mai que mai aqueles dels extrèms, de drecha e de senèstra, tan coma lo president, res i escapa.

L’occitan ten aquí tota sa plaça dins una fòrça d’expression que fòrabandís tota vulgaritat. De consumir sens cap de moderacion.

1 - En francés : one man show.


Jòrdi PELADAN



L’humoriste André Clément a séduit l’assistance.

 Une cinquantaine de spectateurs a suivi avec attention l’actualité télévisuelle de l’humoriste occitan Clamenç, alias André Clément.

 Présenté à la sauce Clamenç, le journal de télé « Tè…Ve! »donne au public le loisir de se distraire même d’une actualité pesante , parfois lourde de conséquences, puisque l’humoriste aborde des sujets, pas toujours drôles qui ont marqué l’année 2016 ! Et pourtant avec ses mimiques, Clamenç déploie un comique gestuel qui offre à l’assistance un cocktail surprenant et burlesque, composé d’un savant mélange de politique, jeux de mots, anecdotes liées à son histoire ou pas, intrigues loufoques, potins divers et variés, faits divers vu « du drone avec sa caméra embarquée qui a l’œil partout » précise-t-il.

 Ce spectacle drôle, pertinent et impertinent était entrecoupé de « la paginas de publicitat ». L’auditoire n’oubliera pas de sitôt les gestes de Clamenç qui présente la météo ni le fait qu’il parle de la société actuelle avec une facilité déconcertante en utilisant la langue de ses aïeux ! Des applaudissements nourris ont ponctué les scènes et se sont amplifiés au final pour adresser des encouragements chaleureux à Geneviève Molines à la technique et à celui qui a écrit les textes André Clément.

 Une soirée à faire le plein de bonne humeur qui s’est clôturée autour du verre de l’amitié offert par les organisateurs de l’Association des Amis du Sistre. 



Lo  cerle occitan del Lodevès aviá programat una serada amb l’umorista occitan « Clamenç » O Marches du Palais.

Coma ten d’o precisar, l’artista parla pas del passat que la nòstra lenga es plan viventa Per lo sieu espectacle « Clics d’Oc » s’empara d’eveniments màgers de las darrièras annadas : atemptats, migrants, Còp 21, la region novèla, lo lop, las 35 oras, las eleccions, Daesch…

Per s’informar l’umorista clica sus tot : tableta, ordinador, portable, smartphone. Dins una polida lenga nòstra que lo public nombrós aprecièt fòrça, molina l’ensemble d’un biais umoristice, amusant, ironic.

Aplaudiments nombroses acabèron la serada.

Marisa Leduc – Cercle Occitan del Lodevès – Fin de febrièr de 2017.

CLAMENÇ, INVITE DE LA MATERNELLE BILINGUE "LOS ESQUIROLS" POUR UNE ELEGANTE SOIREE D'HUMOUR OCCITAN... A NEGREPELISSE (82)

 

L’école maternellle bilingue “Los esquiròls” a offert au public de Tarn et Garonne la primeur de découvrir le tout nouveau spectacle de l’humoriste occitan, Clamenç, lo “melhor” [ lou melliou] – comme on dit en langue d’oc ou “best of” comme on dit en fran...glais ( ! ) de ses quatre précédents spectacles.

Dès l’entrée dans la salle des fêtes , superbement transformée en cabaret auxcouleurs occitanes , le public pouvait deviner qu’il était convié à une soirée toute en finesse. A l’inverse du luxueux décor de la salle, la sobriété de la mise en scène présageait de l’attention que l’auditeur devrait porter à l’artiste.

Avec Clamenç, on ne rit pas un bon coup , le rire est plus intérieur qu’éclatant même s’il fuse de temps à autres : l’artiste distille un humour depince-sans rire qui tel un alcool qu’on doit garder quelques instants en bouche dégage lentement toutes ses vapeurs .

Conte philosophique, sociétal, politique, chaque “blague” est savamment construite. La subtilité des thèmes abordés alliée à la finesse de la langue servent un savoureux “mescladis” ( en occitan / “cocktail” en franglais ! ). Clamenç aime rappeler qu’il a entendu l’occitan pendant neuf mois avant de naître puis de la parler en famille et de le transmettre à des centaines d’écoliers via les maîtres de Lozère dont il fut le conseiler pédagogique. Il sait donc jouer du vocabulaire populaire que tout le monde emploie et des mots moins usités qui permettent à chacun d’enrichir sonsavoir occitan .

On peut remercier l’école maternelle bilingue ” Los esquiròls “ d’avoir offert une soirée didactico-ludique, comico-pédagogique à un public qui, ne ménageant pas ses applaudissements et les rappels, a montré combien il a su apprécier Clamenç.

 

Nadyna Vèrn-Frolhon /TG'OC 










Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître !

 L’attente était grande mais le spectacle en occitan n’a pas déçu !

 La soirée, organisée par le Foyer Educatif de Bessan et son Atelier Occitan, a connu un immense succès !

Une salle comble, des spectateurs enchantés, des organisateurs comblés, et par dessus tout un comédien et un humoriste exceptionnel qui a su captiver durant deux heures un public d’occitanistes, certes, mais pas que… « Aquò rai ! » même le débutant est vite rassuré !

Portés par le plaisir de l’histoire, tous pouvaient comprendre le propos, la meilleure preuve était la cascade de rires déclanchée à chaque instant par la version drôle et sans vulgarité d’une actualité vue au travers de l’esprit acéré de Clamenç.

Un langage pourtant familier que le spectateur redécouvrait avec gourmandise au fil des plaisanteries distillées, une universalité de l’Occitanie que l’humoriste se régalait de souligner.

On pouvait suivre, les yeux pleins de larmes de rire, le commentaire radiophonique d’une course épique de gallinacés, où l’on reconnaissait sans les nommer les Primaires socialistes  avec « galina, galineta, galinassa », et les autres… Et puis, on rit du « Rei Petit », ce roitelet qui voudrait bien garder sa place au sommet de l’arbre, mais… ! Les allusions transparentes et fines permettaient à tous de rire librement et sans remords.

A la fin du spectacle, un bref échange lia public et comédien, et les spectateurs furent très nombreux, croustade et verre de rosé en main, à afficher leur satisfaction, et à remercier les organisateurs de leur initiative, avec un « Al còp que ven ! » (A la prochaine !) plein d’espoir.


Midi Libre - Bessan – 03/02/2012



Clamenç embelinèt Beçan

 Una sala comola. D’espectators embelinats. D’endreçaires astroses. Un comedian remirador - e remiraire de la gent. Lo Fogal Educatiu de Beçan, amb son Talhièr Setmanièr d’Occitan, creèt l’eveniment, aquel divendres 27 de genièr : CLAMENÇ lo gapaire jogava sas « RELUCADAS ». E per un ensag, n’es un bèl, e transformat !

 Amb sas « Relucadas » Clamenç nos carrejèt plan luònh ! Figuratz-vos. Doas oras, o pauc se’n manca, que sonque l’occitan rajèt, que la compreneson dels mots naissiá del plaser del raconte. Los rires a nautor d’òme, aimables e clarvesents ; un tème assumit : l’actualitat, resquilhièra se n’es una. Per astre, Clamenç fa tanben lo patinaire, e pas degun lo sap. E lo sauta-en-banca nos serviguèt las figuras totas de son art, servant lo balanç meravilhós de la libertat e del respièch, sens jamai cabussar dins lo vulgar. Amb l’occitan, aquò’s plan l’amistat que sortiguèt reviscolada dels viatges prepausats per Clamenç.

 De primas, dintram dapasset. Capejam dins l’espectacle coma se descobrís un continent mal conegut. Traca-traquèt, a l’agachon. Regassam, aurelham. Ganhat ! Tre las primièras dralhas, la riseta nos ven, los rires nos agantan. Nos passejam en occitan ; alara, m’as comprés, a la debuta, lo rodejatge es de respectar. Aquò rai ! Sèm lèu rassegurats. Avèm lo sentit d’apesar sus una tèrra costumièra e escafoirada dins la bartassanha de las memòrias. Ara, desbartassam - e nos enançam lo còr leugièr : tornam trobar las rasigas, lo pesòts se quilhan, vesèm las brancas e los fuèlhs que se desbadaulan, benadreches per envestir lo mond entièr. A pròva ? Lo vici-president d’Argentina es occitan : Bodon, que de familhas ne fan venir lo nom dins nòstres vilatges de plana, davalat de las montanhas vesinas.

 E puèi tot s’abriva, seguissèm a tiracambas lo comentari radiofonic d’una escorreguda de galinum, que s’i reconeis sens las nomenar las « Primàrias » socialistas, « Galineta » « Galinassa » e autres « Galinàs » o « Galinòta ». Foguèt un compet epic ! E puèi, se ritz del « Rei Petit », aquel reinet qu’aimariá plan de servar la plaça a la cima de l’arbre, mas que capita pas-mai de mestrejar grand causa. Entrelusentas e finòtas son las alusions. Aquò’s plan çò que nos permetèt d’agantar los rires de tot, dins una bèla libertat consabenta.

 Al cap de l’espectacle, un escambi grelhós liguèt public e comedian per de mercejaments recipròcs, e lo monde aguèron enveja d’esperlongar aquela serada de plaser : foguèron nombroses, bocin de Crostada e gòt de Rosat en man, a espremir son contentament. Los endreçaires reçaupèron de merçejaments estrambordats e sincers. Foguèron sos gasardons mai bèls.

 E totes diguèron « al còp que ven ! ».

 


CLAMENÇ OU  LE RENDEZ-VOUS DU TALENT OCCITAN  ET DE LA MODERNITE

 Etonnant d’assister au spectacle d’un comique sans entendre des cascades de fou-rire …

Le public venu à Parisot ce samedi 12 novembre a su savourer la modernité de l’humoriste Clamenç qui présentait son nouveau spectacle 2011-2012.

Le silence trahissait–il l’étonnement du public ? Entrecoupé de « gloussements » il permettait de ne pas manquer le moindre mot de sketches cousus mains et dont un seul point raté peut empêcher de savourer les subtiles réparties et trouvailles. Bien sûr le rire pointa dès qu’on évoqua la DSK« la Descarga seminala » du fameux point K (opposé au fameux point G  féminin) que tout homme doit surveiller pour éviter la moindre dérive.

La seule évocation du «  rei petit » (le roitelet ) laissa présager une analyse très sarcastique des prochaines présidentielles . Poète et jongleur de mots en évoquant le désarroi des Francilien dans une tempête de neige, moralisateur plus à la façon La Fontaine qu’à la méthode Luc Chatel, biologiste ironique face au rajeunissement des cellules ou au FIV post cinquantaine,  Clamenç est un humoriste politico-philosophe dont le spectacle est un véritable kaléidoscope où s’entremêlent avec bonheur raillerie, ironie , jeux de mots .  Il faut oser utiliser Fukushima, la maladie d’Alzheimer ou la drogue médicamenteuse dans un spectacle à priori comique mais la chute politico-philosophico-moraliste absout Clamenç de toute indélicatesse.

On pourrait croire que Clamenç n’a pas choisi la facilité en jouant avec les subtilités de la langue occitane pour passer la société moderne et ses bavures au crible de ses « relucadas »

(regards curieux) . C’est pourtant pour lui naturel de s’exprimer dans la langue que « j’ai commencé à apprendre à moins neuf mois » explique-t-il . Cette langue maternelle, affective a empli sa précieuse valise d’émotions qu’il fait partager au public au cours du seul sketch repris lors de ses différents spectacles. Cette valise qui est aussi l’attribut du voyageur qu’il a choisi d’être pour ne pas enfermer l’occitan dans un espace restreint. Sous son chapeau, Clamenç transporte sa culture dans sa valise parce qu’elle est son oxygène, mais aussi pour la comparer à celle des pays qu’il fait parcourir au public et pour lui démontrer que partout, de fête occitane en fête argentine, on sait valoriser les traditions mais trop souvent on oublie d’y employer la langue.

Valorisant la langue d’Oc par un respect, sans pédantisme ,de la syntaxe et une richesse de vocabulaire à faire saliver les experts en linguistique , les sketches écrits par André Clément et mis en scène par Clamenç doivent faire regretter à Devos de n’avoir pas su parler occitan .

  

Nadyna Vern-Frouillou , Co-Presidenta Associacion Tarnegar’Oc  

          

VIST !

 VIST. L’avètz vist lo noveu espectacle de Clamenç ? Après « Agachs », « Fintadas e Relucadas » l’òme a la valisa seguís sa dralha, agusa son agach e sa lenga. E gratussa, gratussa lo monde ont aquò lo prusis.

Lei «fans » vòle dire leis afeccionats, leis apetegats, lei badabecs, i tornaràn trobar la bassa-cort, lo galinier costumier amb son rei-petit, sei galinas e sei galiàs. Son totjorn autant vius, cresta-quilhada e abestits… Rai !

Pasmens la tropa galinièra, aqueste còp, sortís un pauc de sa bassa cort per assistar o participar a la memorabla « Ereccion pestilenciala » comentada biais competicion esportiva per un jornalista mai qu’avisat. Fasètz fisança, lei retrachs dei candidats son fidelissimes !

 Mai la vida politica es pas tot, i a tanben la vida de cada jorn per cadun de nosautrei, i a lei pichòts servicis dichs publics coma lo de la Pòsta, aisits d’utilisar quora òm vòu ben seguir lei consignas e mai vos faguèsson virar en redond e tornan a la casa primièra… e puèi leis aisinas ostalièras que nos facilitan l’anar dei jorns, coma lo respondeire telefonic, seis suspresas e sei possibilitats. Tot aquò l’artista l’a ben VIST, espepissat, espinchonat e… melhorat !

 Valisa en mans, coma de costuma, se’n va puèi, per un grand viatge, dins lo transsiberian, de Moscó a Vladivostòc.

Plan-pissa e curiós coma una agassa profiecha de tot, de sei vesins de viatge, de sa ò sei lengas – del temps que fa petar la sieuna – e profiecha de nòstra atencion badarèla, ò de nòstra desatencion per nos faire resquilhar dins una absurditat bauja ont lo Clamenç en scèna rescontra pas que de Clamençs imaginaris.

 Risèm totjorn, mai lo rire vira un pauc al jaune. S’entragacham l’uelh interogatiu e vueje, coma uelh de galina. De qué vòu nos dire lo galejaire ? Critica de l’Artista e de son narcissism fondamentau ? Absurditat d’un monde que vira en redond e s’agacha l’embonilh ? Convit a se laissar pas enganar ? Mai galeja ò pas ? O nos vòl faire galinejar ? Cadun se trobarà sa responsa ò tornarà veire VIST per lo rire, la lenga, la vida e aquel artist calorent e generós que nos fa gaug en aquela passa un pauc griseta.


    Danielle JULIEN.